Recherche avancée   

 
 

Nouvelles voix d'Afrique

L’Afrique fascine. Tant d’images, portées par les récits des voyageurs, depuis des siècles, tant de ...

 

Alain Mabanckou

Alain Mabanckou est né le 24 février 1966 au Congo Brazzaville. Fils unique, il a perdu sa mère en 1995 et son père en 2004. Son enfance se passe à Pointe-Noire, capitale économique du Congo, ville côtière, où obtient son baccalauréat option Lettres et Philosophie.
Comme le voulait sa mère, qui le voyait magistrat ou avocat, il se lance dans des études de Droit à Brazzaville, puis en France, à l’Université Paris-Dauphine (Paris IX) où il obtient un DEA en Droit des affaires.
Pendant dix ans, il travaille comme conseiller à la Lyonnaise des Eaux, aujourd’hui Suez. En parallèle, il publie des livres de poésie couronnés par le Prix Jean-Christophe de la Société des poètes français. Son premier roman, Bleu-Blanc-Rouge sort en 1998. Il remportera le Grand prix littéraire d’Afrique noire.
Il bénéficie d’une résidence d’écriture aux Etats-Unis en 2001, démissionne de la Lyonnaise des Eaux lorsque l’Université du Michigan lui propose le poste de Professeur des littératures francophones en 2002.
Il y enseigne pendant 4 ans avant d’accepter l’offre de la prestigieuse Université de Californie-Los Angeles, UCLA, où il enseigne actuellement au Département d’études francophones et de littérature comparée. Alain Mabanckou est récipiendaire de la bourse la plus prestigieuse des Humanités de Princeton University (USA) au titre de  "Fellow in the Humanities Council and the French and Italian department".
Verre Cassé (éditions du Seuil en janvier 2005) est largement salué par le public et la critique, adapté au théâtre, traduit dans une demi-douzaine de langues. Ce livre a reçu la même année le Prix des Cinq continents de la Francophonie, le Prix Ouest-France /Etonnants Voyageurs et le Prix RFO du livre. Sélectionné par le jury du Prix Fémina, Verre Cassé a été finaliste au Prix Renaudot 2005.
C'est Mémoires de porc-épic, (Seuil 2006) que le Prix RENAUDOT consacre en 2006 , puis le Prix Aliénor d’Aquitaine 2006 et Le Prix de la rentrée littéraire française 2006.
Alain Mabanckou ne délaisse pas la France, on le croise encore de temps en temps dans le quartier Latin et il signe une chronique de littératures afro-américaines pour la revue Transfuge, magazine consacré aux littératures étrangères.