Recherche avancée   

 
 

Michel Ragon

Michel Ragon est né à Marseille en 1924,  dans une famille paysanne d'origine vendéenne. Il arrive à Nantes à 14 ans et il commence à travailler comme garçon de courses. Le travail de sa mère, gardienne d'un appartement à la très riche bibliothèque, lui offre l'occasion de plonger dans l'univers de la lecture.
Grâce à des écrivains comme Henry Poulaille, il découvre que la littérature n'est pas réservée à la bourgeoisie. En arrivant à Paris, il rencontre cet auteur avec lequel il entretenait une correspondance. Il collabore également avec des artistes du groupe Cobra (Jorn, Dotremont, Atlan, Alechinsky…). Plutôt orienté sur La voie libertaire dès sa vingtième année, il rencontre alors les écrivains prolétariens et devient historien de la littérature prolétarienne en publiant son premier livre : Les Écrivains du peuple qu'il retravaillera à plusieurs reprises et qui deviendra en 1974 Histoire de la littérature prolétarienne de langue française.
Parallèlement à son œuvre littéraire, Michel Ragon est aussi un estimé critique et historien de l'art et de l'architecture moderne. Et l'auteur d'une importante monographie de l'art brut. Il devient conférencier pour le ministère des Affaires étrangères grâce à Malraux puis professeur à l'École des Arts décoratifs. Sur sa lancée, l'autodidacte libertaire décroche un doctorat d'État au début des années 1970.
Dans les années 1980, il commence à écrire des romans à grands succès qui constituent la Suite Vendéenne: Les Mouchoirs rouges de Cholet, La louve de Mervent, Le Marin des Sables, L'accent de ma mère, Le Cocher du Boiroux…
Il publie en collaboration avec Massin, en 2001 aux éditions Hoëbeke, Picassiette.