Recherche avancée   

 
 

Haro sur le suif

A raison d'un rebondissement par page Glen Baxter se joue ici de tous les codes du roman policier. ...

 

Le Monde de Glen Baxter

Glen Baxter est anglais. Il publie avec Le Monde de Glen Baxter son huitième livre en France ...

 

Meurtre à la table de billard

Peu maniable, la table de billard n'a rien d'une arme idéale. Elle va pourtant produire de véritables ...

 

Tempête sur le Tweed

Dans Tempête sur le tweed, les cow-boys se piquent d’art contemporain. Ils éteignent la lumière ...

 

Retour à la normale

Glen Baxter, le maître de l'humour anglais, guette la folie qui nous entoure, pour nous faire rire. Il ...

 

Tempête sur le tweed

Dans Tempête sur le tweed, le maître de l'humour anglais est à la quintessence de son art. Les ...

 

Glen Baxter

Glen Baxter par lui-même :
J'ai grandi dans la sombre ville de Leeds où à l'époque, j'avais des problèmes pour m'exprimer. J'étais bègue. Un jour, ma mère me demanda d'aller acheter un bouton pour le col d'une chemise de mon père. Je pris mon temps pour descendre la colline et atteindre les magazins du coin. Chemin faisant, je répétais, de manière obsessionnelle, le texte que j'avais préparé pour l'affrontement fatidique : mon entrée dans le magasin. Environ vingt minutes plus tard, tendu, je m'avançais vers le comptoir et demandais précipitamment : "Avez-vous des boutons de col de chemises, s'il vous plait ?" Etonné le vendeur me regarda et me dit : "J'ai bien peur que nous n'ayons rien de semblable ici. Peut-être la mercerie d'à côté pourra-t-elle vous aider." Je découvrais en sortant que c'était un magasin de meuble.
Des années plus tard, aux Beaux-Arts, j'ai découvert l'univers dadaïste et le surréalisme où l'ordinaire devient absurde, le banal merveilleux ? C'était un monde que je connaissais bien. J'étais enfin chez moi.

Sa Vie
Glen Baxter est né en 1944 à Leeds (Grande Bretagne), où il a suivi les cours de l'Ecole des Beaux-arts (entre 1960/1965). Peintre et dessinateur, c'est surtout son oeuvre graphique qui l'a fait connaître, aux Etats-Unis d'abord, puis en Grande Bretagne, en Hollande, dans les pays nordiques, en Australie et au Japon et bien sûr, en France où il expose régulièrement.
Vers 1970, il crée une formule de dessins légendés, dont il fait par la suite, sa forme d'expression usuelle. "J'ai trouvé ma propre voie, dit-il, en détournant l'imagerie des livres pour adolescents des années 30."
Agrémentant ces dessins old fashion de commentaires délirants, il obtient d'inénarrables effets de décalage.

Ses personnages
Explorateurs en casque colonial, étudiants en blazer, buveurs de thé et joueurs de cricket, cow-boys et autres scouts sont les héros ordinaires de Glen Baxter. Issus des récits populaires pour la jeunesse des années 30 et 40, ces personnages sont placés dans des situations absurdes et extravagantes, au milieu desquelles ils restent impassibles. "Mon modèle absolu pour les phrases, c'est Raymond Roussel. Il utilisait un style très journalistique, très à plat, décrivant des évènements absolument fantastiques" (Télérama, 1988).

Ses Thèmes
Des cow-boys confrontés à l'art moderne, des collégiens anglais qui transforment les repas de cantine scolaire en authentique nourriture, des parodies de couverture de Que sais-je ?  dont les sujets sont "l'ennui", "l'anarchie", "l'étude de la condensation", tels sont les thèmes de prédilection de Glen Baxter. Défilent ainsi tous les héros de la mythologie enfantine. Mais c'est aux adultes avant tout que Glen Baxter destine ses images.

Son Style
Glen Baxter réalise ses dessins à l'encre de chine et au crayon gars. Le dessin est toujours cerné à l'encre, la couleur emplit entièrement le motif. Attitude figée des personnages, absence d'ombre portée et d'expressions fasciale, arrière plan strictement délimité. Ses dessins construits avec grande rigueur, évacuent tout pathos stylistique.

Ses Sources
Dans ses interviews, Glen Baxter cite volontiers ses sources : Lewis Caroll, le livre What a life, pionner du surréalisme pour Raymond Queneau, Buffalo Bill, Tom Mix, Georges Herriman, créateur de Krazy Kat  et ceux qu'il admire le plus : Jarry, Queneau, Raymond Roussel, Beckett, Magritte, Chirico, Desnos, Man Ray‚...