Recherche avancée   

 
 

Le Crépuscule des masques

Michel Tournier est l'un des rares écrivains à s'être risqué à aligner des mots qui lui paraissaient ...

 

Michel Tournier

Né en 1924, d'un père gascon et d'une mère bourguignonne, il passe sa jeunesse à Saint-Germain-en-Laye et à Neuilly-sur-Seine. Il est le condisciple de Roger Nimier.  Il poursuit des études de philosophie à la Sorbonne et à l'université de Tübingen.  Il souhaite enseigner la philosophie au lycée, mais échoue à l'agrégation.
Il entre à Radio France, où il anime l'émission L'heure de la culture française. En 1954, il travaille dans la publicité pour Europe 1. Il collabore également à des journaux comme Le Monde et Le Figaro. De 1956 à 1968, il travaille chez Plon à des traductions de l'allemand. Parallèlement, il poursuit une activité de journaliste à la radio, où il est chargé de l'émission Chambre noire. Il participe en 1968, avec Lucien Clergue, à la création des "Rencontres photographiques d'Arles".
En 1967, il publie son premier roman Vendredi ou les Limbes du Pacifique (inspiré de Daniel Defoe) qui est récompensé par le Grand prix du roman de l'Académie française. Son souhait est d'écrire une histoire populaire sur un sujet philosophique.
En 1970, il obtient le Prix Goncourt à l'unanimité du jury pour le roman Le Roi des aulnes qui s'est vendu à 4 millions d'exemplaires.
L'année suivante, il publie Vendredi ou la vie sauvage, version simplifiée de Vendredi ou les Limbes du Pacifique. Il ne l'écrit pas comme un livre pour enfant ; il considère par contre que pouvoir être lu par les enfants est un critère de qualité. Le livre devient un classique scolaire. Il s'est vendu à 7 millions d'exemplaires et a été traduit en une quarantaine de langues.
En 1972, Michel Tournier devient membre de l'Académie Goncourt, élu au septième couvert, succédant à Philippe Hériat. En 1975, il publie son troisième roman Les Météores qui raconte la vie de deux jumeaux, Jean et Paul.
Aujourd'hui, il vit à Choisel (Vallée de Chevreuse) dans un ancien presbytère et fait partie du Comité de lecture chez Gallimard.
Considéré comme « un classique », Tournier est lu par tous les publics, dans tous les pays. Son univers romanesque, très influencé par la poésie germanique et la littérature allemande est peuplé de monstres, d'ogres, de jumeaux, d'androgynes et est traversé par le thème de l'inversion. Il se partage entre le réalisme et le fantastique. Malgré les critiques qu'elle peut susciter, sa lecture originale des mythes, des religions et de l'Histoire qu'il renverse ou réfléchit par une langue riche, dense et polysémique, a apporté un souffle nouveau et bénéfique au roman français des années 1970.
Il a reçu la médaille Goethe en 1993 et est docteur honoris causa de l'Université de Londres en 1997.
Il a publié en 1992, Le Crépuscule des masques aux Editions Hoëbeke.