Recherche avancée   

 
 

Anita Conti

RACLEURS D'OCEAN , sortie le 15 mars 1993.

Le personnage.
    Il n'y a plus qu'un personnage de la dimension d'Ella Maillart ou Théodore Monod en France : Anita Conti.
Agée de 93 ans, d'un dynamisme fou, elle est la première femme océanographe à s'être imposée dans un milieu d'hommes a priori hostile.
L'aventure exceptionnelle de cette femme est directement liée à la question de l'exploitation des ressources de l'océan. Son rôle sur l'évolution de la pêche moderne fut décisif.

    Née en 1899 dans la région parisienne, elle a seulment dix ans lorsqu'elle court de bateau de pêche en bateau de pêche sur le petit port de ses vacances.
En 1935, après de brillantes études d'océanographie, elle se fait rattacher à l'Office Scientifique et Technologique des Pêches Maritimes. Elle va, dès lors, sillonner toutes les mers d'Europe. A la fin de l'année 1938, la voilà partie pour une campagne de pêche entre Spitsberg et la Nouvelle Zambie, à bord du chalutier Vicking.
A peine rentrée (c'est le début de la guerre), elle s'embarque comme photographe à bord des dragueurs de mines et des patrouilleurs en Manche et en Mer du Nord, puis sur les drifteurs et les chalutiers.
An début de l'année 1941, avec un groupe de pêcheurs, elle soustrait à la surveillance allemande de nombreux navires de pêche qu'elle mène jusqu'aux côtes sahariennes, et qui aideront au ravitaillement de la France et des armées alliées. Passant d'un chalutier à l'autre, Anita Conti trouvera encore le moyen d'établir les premières cartes de pêche des côtes sahariennes
    Fascinée par l'Afrique, elle s'y installe pour contribuer au développement de la pêche, apprendre aux indigènes à fumer le poisson. Elle fonde une station expérimentale à Konakry pour l'exploitation des requins dont le foie, riche en vitamine A, une vitamine qui manquait cruellement au régime alimentaire des africains.
En 1952, infatigable, elle part sur les bancs de la Terre Neuve, à bord du chalutier de Fécamp, avec 60 hommes, une aventure qu'elle raconte dans Racleurs d'océan.

L'association Cap sur Anita Conti, fondée en 1992, s'applique à mettre en valeur le très riche fond littéraire, photographique et cinématographique qui raconte l'histoire d'amour d'une femme avec la mer.

Le livre
Râcleurs d'océan raconte l'histoire de ces hommes qui mène une lutte féroce pour pêcher et pour survivre.
Travail à la chaîne, heures de sommeil réduites au minimum, ni loisir, ni repos, ainsi peut se définir "la grande pêche", à bord du Bois Rosé, sur les bancs du Labrador et des hauts-fonds de la Côte Ouest du Groenland. Des bateaux de 1500 tonnes, pareil à des usines, qui montent jusqu'aux limites du champ de glace, bien différents des exotiques embarcations des Pêcheurs d'Islande.
Nous sommes loin des visions bucoliques d'écologistes citadins ! Ce livre est d'un réalisme à vous couper le souffle. Il fallait cela, pour rendre la dureté de ce monde fascinant, pour rendre vivants ces pêcheurs dont on se dit, en refermant le livre, qu'ils n'ont sans doute pas changé depuis le Vicking: rudes, courageux, durs, tenaces. Les tempêtes les laissent indifférents, dirait-on, seule leur âpreté au gain semble leur donner des émotions violentes, et les "râcleurs d'océan" exultent lorsque leur chalut remonte gonflé de précieuses morues. Sous la plume d'Anita Conti, on les sent ivres de la joie profonde de piller la mer, de lui arracher sa richesse vivante, puis ruisselants de sang, de charger les cales de leur butin. Un combat féroce où passe toute l'âpreté du monde.

Ce livre est un fabuleux poème à la gloire de la nature, de sa splendeur, de sa sauvagerie et de  sa férocité. A chaque ligne passe le grand frison du monde polaire, l'inlandsis du Groenland est là, en arrière-plan. Des montagnes glissent, comme autant de personnages énigmatiques, indifférents ou menaçant, tout près des coques fragiles‚...
Racleurs d'océans a obtenu le prix Vicking en 1954.

CAP SUR ANITA CONTI
Anita Conti est un drôle de petit bout de femme qui a consacré sa déjà longue vie à la mer. "Quand je me penche au bord d'un bateau, dit-elle, je vois ma propre figure ! L'océan est une surface opaque qui nous renvoie à notre propre ignorance."

Anita Conti a su nager avant de savoir marcher. Dès huit ans, elle embarque avec des fils de pêcheurs et participe comme eux à la rude vie sur les chalutiers.
Elle a deux passions : les beaux livres dont elle hume les reliures, et les ponts des navires qu'elle arpente avec délice.

A vingt ans, elle commande en Côte d'Ivoire des équipes de piroguiers noirs. Dans chacun des ports qu'elle fréquente, elle devient la mascotte des coeurs les plus endurcis. Petite dame dans un univers d'hommes, elle est vite acceptée et respectée par le sérieux de son travail et la rigueur de ses connaissances scientifiques.

Pendant qu'elle apprend, sur le terrain et avec les meilleurs maîtres la science de la mer, elle est engagée officiellement par l'Office Scientifique et Technique des Pêches Maritimes (aujourd'hui IFREMER). L'océanographie est en train de naître et Anita est la seule femme à embrasser cette discipline. Elle est à bord du Théodore Tissier, le premier navire océanographique français à prendre la mer.

En 1939, grâce à une autorisation spéciale du Ministère de la Mer, une femme, Anita encore, embarque sur les dragueurs de mines en Manche et Mer du Nord : "Il fallait bien nourrir la France". Elle sera la première à ramener des photos de ces pérégrinations dangereuses. Au cours de cette campagne, elle échappe miraculeusement aux naufrages de trois bateaux qui disparaissent corps et biens et sur lesquels elle se trouvait‚ ...

A la fin de la guerre, elle part vers les côtes d'Afrique Noire, y établit des cartes de pêche mauriennes, alors inexistantes.
Chargée de mission pour contribuer au développement de la pêche en Afrique, elle effectue d'invraissemblables randonnées.
En 1945, elle est en Guinée, où elle crée une société pour l'exploitation des requins dont le foie est particulièrement riche en vitamines A et D. Une alimentation qui pourrait être une solution pour améliorer la nourriture des populations en voie de développemnt.

En 1952, elle embarque 140 jours à Terre Neuve, en compagnie des derniers morutiers de Fécamp. Elle ramène son premier livre Racleurs d'océans , traduit en 6 langues, qui obtient le Prix de la Mer en 1954 et le Prix Viking en 1955. Cet ouvrage met en garde contre les excès de l'exploitation maritime.

Depuis les années 60, elle partage son temps entre l'aquaculture - étude qu'elle mène avec le commandant Cousteau à Monaco, et des voyages en solo vers les Iles Féroé, l'Islande et le Japon. Elle a publié Géants des mers chaudes  et L'océan, les bêtes et l'homme.

Anita Conti est une aventurière au service de la science et de la nature. Au retour de ses expéditions, on se l'arrache, mais toujours fidèle à son esprit d'indépendance appartenant à la race de "ceux qui vont sur les mers", elle est appelée à repartir vers le grand large.