Recherche avancée   

 
 

Etoiles et tempêtes

Les six faces nord les plus célèbres des Alpes : celles du Dru, des Grandes Jorasses, de l’Eiger, du ...

 

La Montagne est mon domaine

Remarquable conteur, Gaston Rébuffat continue à incarner l’image même de l’alpinisme dont il a su mieux ...

 

Gaston Rébuffat

Gaston Rébuffat est né en 1921 à Marseille, c'est dans les Calanques qu'il découvre l'escalade. A 16 ans il s'inscrit au CAF (section Haute Provence) où il découvre la haute montagne et fait la connaissance d'Henri Moulin qu'il considère comme « son grand frère de l'alpinisme ». Ensuite les Alpes et le massif du Mont-Blanc deviennet son terrain de jeux.
En 1940, il s'engage à Jeunesse et Montagne où il rencontre Lionel Terray avec qui il va devenir ami. C'est dans le Centre École Jeunesse et Montagne du Valgaudemar que la passion des montagnes s'ancre profondément en lui. Il déménage ensuite pour Chamonix où il travaille dans la ferme de son ami Lionel Terray.
En 1942, Gaston Rébuffat réussit son brevet de guide de haute montagne malgré son jeune âge (21 ans alors que l'âge requis était de 23 ans). Il poursuit alors son activité de moniteur à Jeunesse et Montagne, et en 1944 devient instructeur à l'École Nationale d'Alpinisme, ainsi qu'à l'École militaire de haute montagne. En juin 1945, Gaston Rébuffat intègre la prestigieuse Compagnie des guides de Chamonix sous la tutelle d'Alfred Couttet. Il devient alors le troisième "étranger" de la Compagnie, après Roger Frison-Roche et Édouard Frendo, puisque traditionnellement, il faut être né dans la vallée pour y entrer.
Gaston Rébuffat a participé à la première ascencion de l'Annapurna en 1950 avec, entre autres, Jean Couzy, Lionel Terray, Maurice Herzog, Louis Lachenal, Marcel Ichac, Marcel Schatz, Jacques Oudot et Francis de Noyelle. Cet exploit restera une étape difficile de sa vie. Il n'est pas allé au sommet, mais, avec Terray, il a secouru Lachenal et Herzog en perdition. Comme Lachenal, et contrairement à Herzog, il ne se sentait investi d'aucune mission patriotique ni mystique en gravissant ce sommet.
Un an avant sa mort, en 1984, il est décoré Officier de la Légion d'honneur.