Recherche avancée   

 
 

Montagnes de lumières

Voilà un siècle et demi que les Tairraz, dynastie de grands photographes de montagne, ont lié leur ...

 

Pierre Tairraz

Pierre Tairraz naît en 1933 à Chamonix. Il est décédé en septembre 2000 dans sa maison de Divajeu, dans la Drôme.
Fils, petit fils et arrière-petit-fils de photographes, il reçoit de ses aïeux et plus particulièrement de son père, Georges Tairraz II, qu'il suit en montagne dès sa plus tendre enfance, un "regard".  Il adhère très jeune à cet instinct de la montagne et ce moyen d'expression fabuleux qu'est la photographie.  Pierre voue à son père, celui qu'il se plaît à nommer "ce cristal qui ne cesse de chanter" et qui lui a tout appris, une tendresse et un immense respect.

Dans les années 50, Pierre fait ses études à l'Ecole Nationale de photographie de Vaugirard et apprend également le cinéma à l'Idhec, un moyen pour cet amoureux des cieux d'acquérir des connaissances techniques pour que ce "regard" soit manifesté de la meilleure et de la plus belle façon qui soit. 

Après ses études et une trève de quelques années due au service militaire et à la dure époque de la guerre d'Algérie, il suit le chemin des monts prodigieux pour goûter à cette nature et en prendre l'incommensurable beauté. Suivant la lignée familiale, il continue la photographie, s'adonne au métier de guide et se lance également sur les traces de son père avec le cinéma en altitude.  Il participe ainsi à de nombreux tournages dont Entre terre et ciel, que Gaston Rébuffat réalise en 1962 avec George Tairraz II.

Durant toutes ces années, Pierre ne cesse de retrouver ses montagnes pour la photo, entre deux films.  Formé à l'école du noir et blanc, il y reste attaché jusque dans les années 60, puis passe à la couleur car "c'est en couleurs que nous voyons la montagne", c'est en couleur qu'il juge donc logique de nous la restituer.  Pierre ne rechigne pas à utiliser les moyens technologiques d'aujourd'hui dans son laboratoire mais jamais ne trahit la montagne, il la sublime, tout comme Joseph, son arrière-grand-père qui pouvait dessiner des personnages pour rendre plus vivants ses clichés du sommet du mont Blanc. 

Son parcours, jalonné d'un nombre impressionnant de tournages de films en haute montagne et d'expéditions photographiques, continue de le rapprocher de la montagne.  Il ne ménage pas sa peine et parcourt autant de paysages avec patience et bonheur, il se dit de plus en plus contemplatif. Il faut être là au bon moment, à l'instant privilégié, se lever tôt, redescendre plus tard, c'est au prix de ces efforts qu'il capte la magie des montagnes et nous livre "sa vraie nature secrète".

Depuis près d'un siècle et demi cette étonnante famille ‚ Joseph, George I, George II‚ cultive l'art de la photographie en montagne.  Pierre, le petit dernier, transmet ce "regard Tairraz" en authentique "Braconnier de l'infini"; une vision poétique du photographe de montagne.






















Voilà un siècle et demi que les Tairraz, dynastie de grands photographes de montagne ont lié leur destin aux cimes et aux images.
Ouvrant à Chamonix un studio de" photographie alpine" dans les années 1850, Joseph, l'arrière grand-père, est un des tout premiers à rapporter des paysages glaciaires du Mont Blanc.
Dès lors, la fascination des Alpes produira quatre générations d'artistes se transmettant de père en fils une connaissance intime du terrain.  En I952, Pierre Tairraz fait ses premières armes aux cotés de son père, Georges, opérateur de Frison Roche.  Pierre a I9 ans et il va parfaire son expérience en compagnie de Gaston Rébuffat et du guide Fernand Audibert.
 
Pourquoi photographier la montagne? "pour témoigner d'un autre monde", répond Pierre Tairraz, "aucun artifice ne saurait égaler la puissance créatrice de la nature", considère le photographe.  Tentant de capter la lumière éphémère qui va transfigurer le paysage, l'artiste posté aux aguets, à la recherche de l'accord parfait entre les nuages, les crètes, la courbure d'une arète ou le relief d'un sérac.
Dans cette quète d'harmonie, chaque image devient un symbole, le songe d'une architecture idéale, une utopie fantasque et grandiose.  Unique, le regard de Pierre Tairraz laisse pantois car il révèle un spectacle inédit pour la plupart d'entre nous, celui d'une montagne en verve, d'une audace formelle époustouflante.

Les photographies de Pierre Tairraz ont illustré plusieurs ouvrages mais jusqu'à présent cet homme discret n'avait pas jugé utile de présenter ses" visions", pourtant si singulières.
Cet album est le premier qui lui soit consacré.  Florilège de ses nombreuses expéditions sur le toit de l'Europe et en Himalaya, il contient un grand nombre d'images inédites.