Recherche avancée   

 
 

Les petits métiers d'Atget à Willy Ronis

La France des villes comme celle des campagnes a connu des centaines de petits métiers à travers les ...

 

Pierre Perret

Sourire malicieux, ton gouailleur, amoureux des mots, Pierre Perret a toujours séduit par son naturel.
Né à Castelsarrasin, dans le Tarn et Garonne, Pierre Perret, comme nombre d'enfants de commerçants, passe beaucoup de temps dans le café de ses parents. C'est là qu'il apprend à jouer avec les mots, à manier l'argot et la langue des métiers. Dès 14 ans, il entre au conservatoire de musique et d'art dramatique de Toulouse. Le prix de saxophone en poche, il monte un groupe avec lequel il fera la tournée des bals.
En 1957, il joue au Trois Baudets. Dans la salle, Boris Vian, Jacques Canetti et l'agent Emile Hebey qui le présentera à Eddie Barclay, sont séduits. Quelques mois plus tard, il sort son premier 45 tours, Moi j'attends Adèle et son épouse, qu'il avait rencontré aux studios Barclay, donne naissance à des jumeaux.
Plein d'élan, il entame une tournée nationale de cabarets en festivals, sillonnent les routes de France et d'Afrique. Il fait même la première partie des Platters. Suivront Le bonheur conjugal, Le Tords boyaux (plus de 100 000 exemplaires) et en 1966, se produit à l'Olympia. Avant l'immense succès de Le Zizi ( 5 millions d'exemplaires), Pierre Perret se lance dans le cinéma avec Les Patates en 1969, puis, l'année  suivante, dans le western comique Le Juge avec Robert Hossein.
Fort de son expérience, Pierre Perret écrit des textes engagés, contre la famine, anti-racistes, contre la montée du fascisme... et des livres. Le  petit Perret illustré (dictionnaire de l'argot), Le petit gourmand, ... Les petits métiers d'Atget à Willy Ronis (Editions Hoëbeke).