Recherche avancée   

 

Fortuné Chalumeau

Désirade, ô serpente


14 x 22,5 cm, 298 p.
ISBN : 2-84230-248-6
Paru le 11/05/2006
18,80€


À Caye-Plate, petit village de pêcheurs de la Désirade, la vie s’écoule au rythme du vent et de la mer. Là se côtoient depuis toujours et en toute amicalité, les deux «ethnies» de l’île : la Blanche et la Noire. Une restauratrice d’âge regrettable, Man-Joliba, règne sur un monde en miniature. Cette matrone aux charmes déclinants connut la richesse que procurent une belle clientèle et la gloire télévisée. Puis surgit une superbe mulâtresse, Flora. Celle-ci s’installe à l’autre bout de la plage pour, à son tour, y ouvrir boutique : «L’Orphie des Mers». De ce jour, tout bascule pour Man-Joliba. Dans son cœur va naître une haine féroce, qu'adoucissent ses relations intimes avec ses deux amis pêcheurs, l’un blanc, l’autre noir. Et ainsi ira de Caye-Plate jusqu'à ce qu’un coup de tonnerre ébranle l’atmosphère paisible de la Désirade -un meurtre, incompréhensible. Et avec lui le monde extérieur qui s’invite dans l’île…

De l’autre côté de la mer Caraïbe, à Key West, en Floride, se tient un atelier de travail auquel participe un inspecteur de police français, Jordan Delavigne. Dès ce moment, pour lui et pour bien d’autres personnes, vont se nouer les fils d’une intrigue trépidante qui entraînera le lecteur, à travers différents pays, à côtoyer des situations des plus colorées.

De vieille souche antillaise, amoureux d’histoire de la Caraïbe et fin connaisseur des Îles, Fortuné Chalumeau mène avec humour et vigueur cette chronique d’un petit peuple insulaire, avec sa joie de vivre et ses désarrois, qui va nous entraîner dans les arcanes d’un monde insoupçonné où se mêlent l’Amérique de la drogue et de la politique, les élucubrations d’un peintre obnubilé par sa folle passion, et la quête d’un jeune policier confronté à une bien étrange affaire.

Désirade, ô Serpente est un roman d’ambiance et une étude des petites gens des îles. Le jeu sur la langue française, sur le vieux français, le créole, et l’argot issu de toutes ces langues, donnent à ce roman un rythme effréné.

Un roman où les amateurs de polars trouveront plus que leur bonheur.
 

60 degrés nord

Où commence le «Nord» ? Là où la forêt boréale cède la place à la toundra ? À la limite sud du permafrost ? Au cercle ...

En partance

Un homme se tient face à la mer, à l’extrême fin de l’Europe, en Irlande, comme s’il s’absorbait lentement dans le ...