Recherche avancée   

 

Daniel Picouly

Nos Géographies de France


30,5 X 23,5 cm, 192 p.
ISBN : 9782-84230-460-7
Paru le 11/10/2012
30,50€


Pour Daniel Picouly, la géographie est une matière plaisante et facile. Même s’il se souvient qu’il fallait apprendre par cœur la liste des départements et des sous préfectures, une occasion de découvrir des villes aux noms qui laissaient vagabonder l’imagination : Digne les bains, Auch, Bar le Duc, Vesoul (comme dans  la chanson de Jacques Brel) et aussi le cortège des fleuves et de leurs sources : savoir que la Garonne naissait au pic d’Aneto, et que  la Loire prenait sa source au mont Gerbier-de-Jonc. Tout un programme.   Telle qu’enseignée encore au début des Trente Glorieuses par les planches pédagogiques inspirées des géographes Lavisse et Vidal la Blache, la France (dont on se devait de savoir dessiner la contour à main levée) s’illustrait par une série de cartes qui nous faisait découvrir ses nombreux aspects pittoresques : celle de ses voies fluviales, de son élevage, de sa géologie. Et pas besoin d’avoir une mémoire d’éléphant pour  retenir  l’essentiel des activités industrielles du pays et de ses commerces : de la houille ou des cotonnades au Nord, des forges à l’est ou du savon à Marseille. Dans les classes supérieures, à travers d’autres cartes, on découvrait le monde, la variété de sa faune et la couleur de peaux des différentes races. Au large, les océans comme l’océan Indien (où il n’y a pas  indien) ou le Pacifique qui ne l’est pas comme le remarque l’élève plein de bon sens, puisqu’il est  tout chamboulé par les vents et les courants.   Pour l’auteur du Champ de Personne, la géographie est la matière qui se prête le mieux à la rêverie  surtout lorsque que sur les murs de la classe sont affichées ses grandes images qui ressemblent à des cases de BD agrandies, toutes en couleurs. Sur une des planches traitant des moyens de locomotion, il y a Orly qui représente l’aéroport type, où le dimanche (comme dans la chanson de Bécaud) on va en famille pour regarder les avions depuis la terrasse. Sur  les planches, dédiées aux saisons  c’est incroyable une seule image pour nous montrer tout ce qui peut arriver lorsqu’il pleut ou tout ce que l’on peut faire  en classe de neige  comme si c’était possible que tout se réalise  au même moment.   Mais  attention, que  personne aujourd’hui ne s’amuse à réviser ses connaissances avec la géographie de cette France  disparue : fini l’extraction du charbon, le pressoir des vignerons, et les dentelles du pays bigouden, que Daniel Picouly fait revivre ici avec émotion aidé de près de 200 planches d’époque.

Leçons d'observation

Daniel Picouly nous ramène au temps des « Leçons de choses » ou ce que l’on appelait chez les plus grands « Sciences ...

L'Ecole des filles, l'école des garçons

Daniel Picouly n’a pas son pareil pour faire parler l’époque où le bureau de l’instituteur trônait sur l’estrade....

 

Menaces sur la mémoire de l'humanité

Le 27 mars 2016, Palmyre, cité antique classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, a été reprise des mains de l’EI après ...

L'École des colonies

« Nos ancêtres les Gaulois. » C'est ainsi que débutent les cours d’histoire des écoles du Tonkin, du Dahomey ou du ...