Recherche avancée   

 

Collectif

Fées, Elfes, dragons...

& autres créatures des royaumes de féerie


22 x 27 cm, 224 p.
ISBN : 978-2-84230-159-0
Paru le 07/03/2002
37,50€


«Il était une fois…». Dans des temps très anciens, évidemment. Quand régnaient la superstition et l’ignorance. Avant que les lumières de la Raison viennent nous éclairer. Comment, en effet, pourrions-nous croire encore aux fées, nous, si résolument modernes ?
Elles n’ont jamais été aussi présentes. Livres, films, jeux vidéo, bandes dessinées : une déferlante. Plus puissante encore qu’on l’imagine. Car elles ont changé de forme. Le monde a changé, et les fées avec lui, mais elles sont toujours là. Nous avons toujours peur dans le noir, nous frissonnons toujours dans les forêts obscures, et nous semons toujours de petits cailloux derrière nous pour ne pas trop nous perdre. Le merveilleux ne meurt pas. Tout simplement parce que l’imaginaire est une dimension incontournable de l’âme humaine : nous avons, nous aurons toujours besoin de nous «raconter des histoires». Changent simplement les formes à travers lesquelles nous continuons de rêver…
Autrement dit, ni passé légendaire, ni réservoir de folklores figés, à jamais derrière nous : les fées nous accompagnent toujours, les fées ont une histoire — l’histoire, de siècle en siècle, de notre rapport aux puissances de l’imaginaire. Celle-là même que nous voudrions retracer ici.

De l'effervescence médiévale aux enchantements du romantisme allemand, des Préraphaélites à Tolkien : une exposition unique dans sa conception

De l’éveil du merveilleux au cœur du Moyen Age aux fantaisies de Shakespeare et de Perrault ; des enchantements du romantisme allemand aux arabesques perverses et rêveuses des Préraphaélites anglais, de Burne-Jones à John Everett Millais, en passant par les superbes illustrations de Gustave Doré et de Yan’ Dargent ; de la « Renaissance celtique » de la fin du 19e en Grande Bretagne aux splendeurs de l’Age d’Or de l’illustration, à travers les œuvres rares de Rackham et de Dulac, de Nielsen et de Bauer, de Wyeth ou de Pyle ; de la naissance de «l’heroic fantasy»  au Seigneur des anneaux de Tolkien ; de Disney revisitant le légendaire européen au Dark Crystal de Jim Henson, jusqu’à l’explosion de la B.D. et des jeux vidéo aujourd’hui : un extraordinaire foisonnement de «mondes d’images», surprenants, intrigants, fascinants, et, à travers ces images, la surprise de filiations inattendues, trop souvent méconnues, une histoire à recomposer, des voies du merveilleux en Occident : voilà ce que nous avons l’ambition de présenter à l’Abbaye de Daoulas, de décembre 2002 à mars 2003, et dans cet album. A notre connaissance, personne, auparavant, ne s’était risqué à pareille entreprise…

Une première

Les livres abondent, aujourd'hui, proposant de savantes classifications des fées, des trolls, des lutins, des farfadets, d'ailleurs tous puisant sans vergogne dans l'œuvre monumentale de Pierre Dubois — comme s'il s'agissait d'un trésor enfoui dans un passé immuable et de préférence très lointain, qu'il suffirait d'exhumer comme on ouvre un vieux coffre aux trésors.
C'est prendre le risque, à notre sens, de manquer l'essentiel : que les fées ont une histoire, qu'elles changent de visages et de formes au fil des siècles, qu'elles nous accompagnent toujours, et qu'elles n'ont peut-être jamais été aussi présentes — plus, probablement, qu'en ce supposé très lointain Age d'Or… Encore faut-il se donner la peine de les voir, et de comprendre ce qui se joue à travers elles de notre rapport au monde et aux puissances de l'imaginaire.
Non pas un catalogue de figures fanées, donc, mais l'effort de restituer à travers album et exposition les voies du merveilleux en Occident, du Moyen Age à aujourd'hui.
Cela, à notre connaissance, n'avait jamais été tenté.

Une mise en perspective de l'imaginaire celtique

Quel meilleur lieu d'accueil imaginer, pour une pareille exposition, que la Bretagne ? S'il est un pays où cet imaginaire féerique demeure vivace, c'est bien la Bretagne - il n'est que de voir la prolifération aujourd'hui d'éditions locales sur les fées, les lutins et les korrigans…
Mais au delà de la Bretagne, c'est une mise en perspective de l'imaginaire celtique que proposent album et exposition, de son extraordinaire permanence à travers les siècles, les voies surprenantes par lesquelles il s'est perpétué jusqu'à aujourd'hui — des "antiquaires" écossais (comme Walter Scott) ou irlandais à la renaissance celtique marquée par Yeats, Buchan, Lord Dunsany, et de celle-ci à la naissance de "l'heroic fantasy" aux États Unis, aux flamboiements du fantastique à l'explosion des dernières décennies, de Tolkien à Jim Henson, de la Guerre des Étoiles ( transposition de la geste des chevaliers de la Table Ronde) aux jeux vidéo actuels, les filiations mises à jour seront pour beaucoup une révélation.
Comme seront une révélation les "crayonnés" des dessinateurs de Walt Disney, les œuvres de Brian Froud, le créateur des personnages de Dark Crystal, ou la première grande exposition de l'ensemble des œuvres de Paul Gregory sur l'œuvre de Tolkien (la présentation de ses premières œuvres avait été un événement en Grande Bretagne, les voici pour la première fois en leur totalité !) ou encore, trop méconnu, et qui marque la place de l'imaginaire breton dans cette effervescence, l'œuvre à découvrir d'un grand illustrateur breton : Yan' Dargent…

Faire ses bocaux pour les petits avec Le Parfait

C’est en France que Le Parfait® fabrique ses bocaux, reconnaissables à leur fameuse rondelle orange et à leur logo ...

coffret Le Parfait

Depuis bientôt quatre-vingt-dix ans, Le Parfait fabrique ses bocaux, reconnaissables à leur fameuse rondelle orange et ...