Recherche avancée   

 

Jean-Louis Marzorati

Nicolas Reynard

Nids ethniques


25 x 31 cm, 144 p.
ISBN : 284230263x
Paru le 05/10/2006
38€


Nicolas Reynard appartenait à l'équipe du National Geographic monde. Parallèlement à son travail pour les magazines, il avait entrepris de photographier les peuples qui conservent un mode de vie traditionnel, en marge du monde occidental. Il les photographie en noir et blanc d'abord. Avec un polaroïd, ce qui, dans les conditions de leurs prises de vues, donne des images qui s'altèrent immédiatement. Ainsi les tirages révèlent des taches, des rayures ou des écaillures qui racontent elles aussi une partie de l'histoire vécue avec ces peuples. Un passe-passe chronologique troublant pour rendre hommage à l'immense photographe des tribus indiennes nord-américaines, Edward Sheriff Curtis (1868-1952).
En couleurs aussi. Car ces peuples, vestiges d'un temps colonisé par la société industrielle, vivent toujours aujourd'hui - bien que leur équilibre soit menacé. Il nous les montre, loin des regards convenus, avec un sens exceptionnel de la lumière et de la composition, dans leur quotidien, leur habitat, leur mode de vie. Ces images sont stupéfiantes de beauté et d'émotion. Elles se regardent comme de véritables tableaux.
Nicolas Reynard n'a pu prolonger cette exploration. Ce livre réunit les reportages réalisés jusqu'à sa mort et c'est son ami Jean Louis Marzoratti, ancien rédacteur en chef, journaliste, compagnon de voyage, qui nous raconte l'histoire de ces derniers peuples.

Extrait :
"Dans le désert de Chalbi, dans le nord du Kenya, de drôles de mirages s'offrent parfois au regard des audacieux gui s'aventurent dans l'une des contrées les plus arides du monde : une «flottille» complète ondulant au gré de la mer de sable et de roches. Ce sont des Gabra, tribu nomade en quête d'eau et de nouveaux pâturages. Et leurs «vaisseaux» sont des dromadaires portant sur le dos tous leurs biens, notamment ces huttes facilement démontables dont l'arc du toit, dans la brume de chaleur, évoque irrésistiblement une voilure. Avec ces camélidés pour unique richesse, ils se déplacent ainsi depuis des siècles, par villages entiers. Les sécheresses récurrentes et les conflits régionaux menacent aujourd'hui ce mode de vie ancestral.

Dans le désert de Chalbi, les femmes gabra jouent un rôle essentiel dans le mode de vie nomade de leur peuple. Ce sont elles qui ont la charge de démonter et de remonter ces étonnantes huttes portées à dos de dromadaire."
 

Iran, rêves et dérives

1978 : l’Iran se soulève contre la dictature du Shah. En l’espace d’une année, le régime vacille et fait place, avec le ...

Belleville Ménilmontant

C’est en 1947 que Willy Ronis découvre le quartier de Belleville-Ménilmontant. De ces deux arrondissements de la ...